Production Porc : les trésoreries restent préoccupantes

En 2015, les éleveurs de porc ont redoublé d’efforts pour diminuer les coûts de production. Les résultats sont encourageants mais restent insuffisants pour sécuriser la rentabilité.

Face à une crise conjoncturelle et persistante, la productivité des élevages est en constante amélioration. En 2015, les cheptels français se composent de 214 truies en moyenne. Ces dernières produisent 25,5 porcs par an soit une hausse non négligeable de 0,47 porc depuis 2014 et de 3 porcs depuis 10 ans. La productivité augmente et la performance alimentaire s’améliore fortement. Ainsi, en 2015, un kilo de porc produit nécessite 2,88 kg d’aliment contre  2,93 kg en 2014.

– 6 % de coût de production

Les économies réalisées sur l’aliment ont permis de compenser en partie le prix très bas payé au producteur. Le coût alimentaire moyen s’établit à 89 €/100 kg de viande produite et représente 68 % du coût de production. La diminution du coût alimentaire et l’amélioration de la productivité ont permis d’amortir les charges fixes et d’autres liées aux cheptels reproducteurs. Le coût de production baisse de 6 % pour s’établir à 139,8 €/100 kg.

80 % de taux d’endettement

Si le prix de l’aliment fait reculer le point d’équilibre de 12 €/ 100 kg, le prix payé ne permet toujours pas d’atteindre les 143 €/ 100 kg nécessaires avec pour conséquence un solde de trésorerie négatif.