Déléguer l’élevage des génisses laitières est-il intéressant ?

Arrêter l’élevage des génisses laitières pour acheter des génisses amouillantes ? Si un gain peut être au rendez-vous, les options ne sont pas sans risque et nécessitent une analyse personnalisée. Entre 850 € et 1400 €, c’est le coût de production moyen d’une génisse de renouvellement de type Prim’holstein (PH). Variable selon le système de production, c’est le critère qui va déterminer l’intérêt économique de sous-traiter l’élevage des génisses chez un tiers ou d’abandonner l’élevage des génisses de renouvellement. Autres éléments d’arbitrage : le risque sanitaire, l’impact sur le temps de travail et les bâtiments d’élevage. Besoins de trésorerie En stoppant l’élevage des génisses, un éleveur peut obtenir un gain économique. Cependant, l’achat des génisses amouillantes augmentera les besoins de trésorerie. Attention aussi aux mouvements d’animaux entre les élevages qui comportent de nombreux risques sanitaires. De plus, l’achat de génisses amouillantes ne permet pas de tenir un schéma génétique. Cette orientation ne sera donc pas à conseiller pour les élevages à forte production laitière. Cultures de vente Si l’éleveur décide de déléguer l’élevage de ses génisses de renouvellement à l’extérieur, l’intérêt est de convertir un maximum de SFP libérée en cultures de vente. Cette dernière variable contribuera fortement aux écarts de rentabilité entre les hypothèses. Dans ce cas de figure, l’éleveur reste maître de son plan d’accouplement. L’option de mise en pension est elle peu rentable sur le papier. La délégation permet surtout de dégager du temps.