Techniques culturales sans labour (TCSL) : des gains sous condition

Bien maîtrisées, les Techniques culturales sans labour (TCSL) ou Techniques simplifiées peuvent permettre de réaliser des économies. Analyse. Bien maîtrisées, les Techniques culturales sans labour (TCSL) peuvent permettre de réaliser des économies. Analyse. Les TCSL génèrent des économies de charges de mécanisation sur le poste implantation. Cependant, des investissements matériels sont parfois nécessaires et peuvent ainsi annuler le gain précédent lors des premières années. Par ailleurs, le coût en intrants peut s’avérer plus important en raison de la complexité du contrôle des adventices et de la gestion des résidus. 70 €/ha d’économie Par rapport au labour, les TCSL avec travail superficiel génèrent une économie en charges de mécanisation de près de 70 €/ha et les TCSL avec semis direct, une économie de 35 €/ha. Côté travail, le semis direct diminue de 2/3 le temps passé au champ. Ce gain représente une économie financière à plus ou moins long terme. On parle ici d’un itinéraire standard auquel il conviendra d’ajouter les éventuels passages supplémentaires (décompactage, broyage des résidus, etc.). Structure du sol Grâce à la couverture permanente des sols et la présence de résidus du précédent cultural, les TCSL favorisent l’abondance de matière organique et de biomasse microbienne dans les sols, ce qui améliore la stabilité structurale. Conséquences : des sols qui fonctionnent mieux, protégés de la dégradation et une érosion limitée. Par contre, le tassement du sol généré par l’itinéraire technique peut être plus important qu’en labour. Je souhaite obtenir une demande de devis de Cogedis