Le guide de la vente directe à destination des agriculteurs

Pour les chefs d’exploitation, la vente directe est une forme de commercialisation qui représente de réelles opportunités. Elle apporte également son lot de contraintes auxquelles vous devrez vous soumettre.

Vente directe : les principaux avantages 

  • amélioration de la marge dégagée sur la vente d’un produit
  • un contact direct avec le consommateur

Quelles sont les différents modes de commercialisation de la vente directe ?

  • la vente à la ferme (en libre service ou via un point de vente sur l’exploitation)
  • la vente à proximité (sur les marchés, en bordure de route, en livraison à domicile, en magasin ou en restauration collective)
  • la vente à distance (via le e-commerce)

Vente directe : vos principales obligations légales

  • respect de la législation sur la dénomination des produits
  • respect de la législation sur les descriptions des produits
  • obligations commerciales (affichage des prix au kg, TTC…)
  • respect des règles sanitaires

Quel statut juridique retenir ?

L’activité de vente directe est reconnue comme faisant partie de l’activité agricole. Sont donc concernées :
  • les sociétés civiles agricoles (GAEC, SCEA, EARL).
  • les exploitations individuelles.
Note : entre plusieurs exploitants, il est possible de s’associer en coopérative agricole, GIE, association, SNC ou SARL.

Avant de démarrer votre projet de vente directe, n’hésitez pas à vous faire conseiller. Vous trouverez ici un article de notre partenaire Pleinchamp sur les opportunités et contraintes des circuits courts.

Prendre contact

Les champs marqués d'un * sont obligatoires

Contactez-nous au 09 70 81 38 69