La DEP : le bon plan pour les exploitants agricoles

Destinée aux chefs d’exploitation, la Déduction pour Épargne de Précaution est un dispositif fiscal qui permet de réduire une fraction imposable du bénéfice agricole. Comment ce dispositif fonctionne-t-il et comment faire pour en profiter ? Cogedis décrypte la DEP pour vous.

Pour améliorer l’efficacité technique de votre exploitation laitière, un diagnostic régulier s’avère judicieux. Il vous permet de repérer rapidement les points d’amélioration à travailler.

Quel est l’objectif de la DEP ?

La Déduction pour épargne de précaution est un dispositif fiscal. Il remplace les précédents dispositifs DPI (déduction pour investissements) et DPA (déduction pour aléas), qui n’ont pas fonctionné, notamment en raison de l’obligation d’épargne bancaire qui obligeait les exploitants à bloquer de la trésorerie sur plusieurs années.

Plus souple, la DEP permet de faire face à la volatilité des revenus en réduisant la fraction imposable du bénéfice agricole.


Comment calculer sa DEP ?

Le montant de la DEP varie en fonction du bénéfice agricole de l’entreprise.Pour profiter de la DEP, l’exploitant doit constituer une épargne de précaution d’au minimum 50% du montant déduit. Celle-ci peut prendre la forme de sommes placées sur un compte bancaire et c’est la nouveauté intéressante de ce dispositif, de coûts engagés pour l’acquisition ou la production de stocks : fourrages, produits ou animaux avec un cycle de rotation supérieur à un an.

En effet , dès lors que ce calcul de ces coûts est réalisé , l’exploitant peut aisément et sans effort supplémentaire bénéficier des avantages de la DEP.

DEP - Déduction pour épargne de précaution

Quels plafonds pour la DEP ?

Les sommes déduites sont limitées par un plafond annuel et un plafond cumulé. La déduction est proportionnelle au bénéfice agricole dans les limites de plafonds que prévoit la loi :

Utiliser la DEP : à quelles conditions ?

Le chef d’exploitation doit utiliser le montant perçu de la DEP dans les dix années qui suivent pour effectuer des dépenses liées à l’activité professionnelle.

La DEP : quels sont les avantages pour les éleveurs et agriculteurs ?

Le chef d’exploitation doit utiliser le montant perçu de la déduction pour épargne de précaution dans les dix années qui suivent pour effectuer des dépenses liées à l’activité professionnelle. Sur un compte d’épargne dédié, l’exploitant doit avoir placé entre 50 et 100% de la somme déduite. L’épargne peut aussi prendre la forme de stock à rotation lente, une solution particulièrement pertinente pour les éleveurs ou les viticulteurs.

A noter : pour les associés en GAEC ou en EURL, les plafonds sont multipliés proportionnellement au nombre d’associés (4 associés au maximum).

Pour profiter de la DEP, l’exploitant doit constituer une épargne de précaution d’au minimum 50% du montant déduit. Celle-ci peut prendre la forme :

  • de sommes placées sur un compte bancaire.
  • de coûts engagés pour l’acquisition ou la production de stocks : fourrages, produits ou animaux avec un cycle de rotation supérieur à un an.
Outre l’atout fiscal, la DEP présente également une souplesse très appréciable : En cas de difficulté, l’exploitant a la possibilité d’améliorer la trésorerie de son entreprise en réintégrant tout ou partie de la DEP. A l’inverse, dans les bonnes années, il déduit la fraction de son bénéfice imposable.

Vous souhaitez obtenir davantage d’informations au sujet du calcul du montant de la DEP, des coûts engagés pour la production ou l’acquisition de stocks ? N’hésitez pas à solliciter les conseils de nos experts. Vous pouvez également consulter un article plus complet sur le sujet sur le site de notre partenaire Pleinchamp.

Pour améliorer l’efficacité technique de votre exploitation laitière, un diagnostic régulier s’avère judicieux. Il vous permet de repérer rapidement les points d’amélioration à travailler.

Eleveurs : quels leviers techniques peuvent augmenter votre rentabilité ?

En exploitation laitière, il est parfois possible d’augmenter la rentabilité de la production en travaillant sur l’efficacité technique. Quels sont les principaux postes à prendre en compte ? Cogedis vous livre les résultats de son étude.

Des écarts importants entre les exploitations

Les études réalisées par Xpertia révèlent l’existence d’écarts significatifs, 68 € d’EBE en moyenne entre les exploitations les plus performantes du panel et les exploitations les moins performantes. Outre les charges de structures, permettant d’expliquer partiellement ces différences, l’efficacité technique de certains postes est sans doute à remettre en cause.

Les marges de progrès techniques sont à chercher

  • en priorité sur le coût de l’alimentation. Indéniablement, il s’agit du premier poste qui permet d’expliquer les écarts d’EBE
  • le coût de renouvellement arrive en deuxième position

Attention !Les frais d’élevage ont aussi leur importance et, vis à vis du troupeau, il est sage de parier sur la prévention.

Notre conseil

Pour améliorer l’efficacité technique de votre exploitation laitière, un diagnostic régulier s’avère judicieux. Il vous permet de repérer rapidement les points d’amélioration à travailler. Pour améliorer l’efficacité technique de votre exploitation laitière, un diagnostic régulier s’avère judicieux. Il vous permet de repérer rapidement les points d’amélioration à travailler, contactez-nous.