Le guide de la vente directe à destination des agriculteurs

Pour les chefs d'exploitation, la vente directe représente de réelles opportunités.

Publié le 15/10/2020

Pour les chefs d’exploitation, la vente directe est une forme de commercialisation qui représente de réelles opportunités. Elle apporte également son lot de contraintes auxquelles vous devrez vous soumettre.

Vente directe : les principaux avantages

  • multiplication des débouchés pour la production
  • amélioration de la marge dégagée sur la vente d’un produit en se passant des intermédiaires
  • un contact direct avec le consommateur

Quelles sont les différents modes de commercialisation de la vente directe ?

  • la vente à la ferme (en libre service ou via un point de vente sur l’exploitation)
  • la vente à proximité (sur les marchés, en bordure de route, en livraison à domicile, en magasin ou en restauration collective)
  • la vente à distance (via le e-commerce)

Vente directe : vos principales obligations légales

  • respect de la législation sur la dénomination des produits
  • respect de la législation sur les descriptions des produits
  • obligations commerciales (affichage des prix au kg, TTC…)
  • respect des règles sanitaires
  • tenue de caisse

La tenue de la caisse : quelles obligations ?

Support manuel ou support informatique : les deux options peuvent être envisagées. En cas de contrôle fiscal, il faut être en mesure de présenter le détail des articles vendus. Ainsi, il convient de conserver tous les justificatifs de recettes et de dépenses. Le récapitulatif journalier doit notamment mentionner les éléments suivants :

  • ventilation des recettes : taux de TVA, types d’articles, quantités, remises, ristournes, réductions sur ventes…
  • mode de règlement des clients : espèces, chèques, cartes de crédit, chèques déjeuner…
  • apports personnels : origine à justifier
  • détail de sortie d’espèces : prélèvements personnels, paiements facture…
  • ventilation des remises banques
  • centralisation quotidienne (bande Z ou brouillard) avec solde journalier

Vérifier la conformité de sa caisse enregistreuse

Pour être considérés conformes sur le plan légal, les logiciels de caisse doivent être certifiés. En cas de contrôle, vous devrez présenter l’attestation ou le certificat de conformité.

Notre conseil : l’accompagnement de votre expert Cogedis vous permet d’être rapidement en règle vis à vis de toutes vos obligations légales. Il vous permet aussi d’obtenir du recul sur votre nouvelle activité de vente directe. Pour être mis en relation avec un membre de notre équipe, cliquez ici. Si vous souhaitez en savoir davantage sur la tenue de caisse dans le cadre de la vente directe, retrouvez un article complet sur le site de notre partenaire Pleinchamp.

Quel statut juridique retenir ?

L’activité de vente directe est reconnue comme faisant partie de l’activité agricole. Sont donc concernées :

  • les sociétés civiles agricoles (GAEC, SCEA, EARL).
  • les exploitations individuelles.

Note : entre plusieurs exploitants, il est possible de s’associer en coopérative agricole, GIE, association, SNC ou SARL.

Vous trouverez plus d’informations sur le site de notre partenaire Pleinchamp à propos des opportunités et contraintes des circuits courts.

Encore plus d'actualités

Retrouvez les dernières actualités qui vous concernent

Rédigé par COGEDIS