L'expert-comptable comme moyen au service du conseil

10 bonnes raisons de faire confiance à son expert-comptable pour faire les meilleurs choix stratégiques !
Expert-comptable

Recourir à un expert-comptable, pour un chef d’entreprise, va au-delà de la gestion comptable d’une société. Conseil en stratégie, anticipation des besoins, interprétation des indicateurs économiques et de gestion etc.

Qu’attend un chef d’entreprise de son expert-comptable aujourd’hui ? Quel est le rôle d’un expert-comptable ?

Au-delà d’un réel accompagnement à travers un dédale de réglementations et de lois, l’expert-comptable doit identifier et répondre aux besoins de conseils et proposer une trajectoire complète adaptée aux clients. Pour cela, la connaissance de son client est impérative pour l’expert-comptable. La clé de réussite est la confiance mutuelle.

Comment évolue le métier d’expert-comptable ?

La part consacrée aux missions traditionnelles (saisie, déclaratif, production des missions annexes telles que les salaires ou, dans une moindre mesure, le juridique) se transforme fondamentalement. La mission comptable se digitalise, ouvrant le champ des possibles pour un expert-comptable aux missions de conseils et d’accompagnement au quotidien de l’entreprise.

L’expert-comptable a plusieurs casquettes : bien plus qu’une société d’expertise comptable, il dirige une société de prestations de services dont la comptabilité. C’est la direction que Cogedis a pris pour accompagner ses clients au plus proche de leurs besoins.

Quel est l’intérêt pour un chef d’entreprise de faire appel à un expert-comptable ?

Avant tout, la garantie de comptes fiables, attestés selon les normes ordinales au niveau européen ou international. Le gain en surveillance et l’assistance d’un œil professionnel garantissent un niveau élevé de conformité. Enfin, le recours à un expert-comptable permet d’avoir un label de compétence et de sécurité vis-à-vis du chef d’entreprise et des tiers : banquiers, partenaires commerciaux, sociaux, fiscaux, etc. L’expert-comptable apporte des conseils utiles au développement d’une entreprise.

L’expert comptable fait partie d’une profession réglementée, régie par un code de déontologie et des normes d’exercice professionnelles, sous la tutelle du ministère de l’Economie et des Finances. La formule que l’expert-comptable récite lors de la prestation de serment illustre bien le dévouement au client : “je jure d’exercer ma profession avec conscience et probité, de respecter et faire respecter les lois dans mes travaux”. L’expert-comptable a un devoir de conseil vis-à-vis de son client, c’est un engagement fort. Sa signature est synonyme de confiance. La présence d’un expert-comptable est de nature à rassurer l’administration.

Quels sont les critères de choix d’un bon expert-comptable ?

L’expert-comptable est la personne qui accompagne l’entreprise au quotidien. Il doit être proactif, à l’écoute du client, proposer le schéma d’optimisation adéquat à la situation et aux besoins du client, tant au niveau fiscal, social que juridique. La mission de conseil est essentielle. Pour cela, une relation de confiance réciproque doit naître entre l’expert-comptable et le chef d’entreprise.

L’expert-comptable prend des initiatives pour instaurer le dialogue, pose des questions, et répond aux interpellations. Même si la communication se fait de plus en plus à travers les écrans, il ne faut pas oublier que derrière tous ces outils numériques, il y a des humains. Un bon expert-comptable est donc avant tout un humain.

Quelle influence ont les nouvelles technologies sur le métier d’expert-comptable et les besoins des entreprises ?

Le monde change, il change pour tous, comme nous le constatons tous les jours pour nos clients. Nous sommes capables de ne pas subir ce changement mais de le devancer et de l’accompagner.

Le numérique nous offre des possibilités d’accélérer certains projets de simplification. La facture électronique en est un ! Avec la facture électronique, quatre objectifs seront atteints :

  • Une sécurisation des données qui intègrent les comptabilités,
  • Une diminution de la fraude à la TVA,
  • Une réduction des délais de paiement,
  • Mais aussi une baisse du coût administratif puisque le coût de traitement d’une facture électronique est cinq fois moindre.

Aujourd’hui, les experts-comptables traitent de la donnée, demain, ils traiteront des flux avec des problématiques de perspectives et de prospectives ». La data est à notre portée et nous l’utilisons.

Faire confiance à son expert-comptable
Gagner la confiance par la qualité d'écoute et de conseil

Qu’est-ce qu’un client satisfait et fidélisé ?

Le client exprime des besoins très divers. Cela peut aller d’une mission simple de déclarations fiscales à des accompagnements et un suivi plus rapprochés et plus réactifs dans le temps.

Le client est satisfait lorsque l’offre qui lui est proposée est adaptée à ses besoins. Les gammes de services proposés doivent donc correspondre à la demande de l’entreprise. Dans tous les cas, le client satisfait et donc fidèle reste attaché aux hommes et aux femmes qui l’accompagnent et non à une technologie, qui reste qu’un outil. L’expert-comptable est un fidèle partenaire d’un chef d’entreprise.

Quelle est la différence entre un comptable et un expert comptable ?

Le comptable traite le quotidien : déclarations fiscales et sociales, suivi comptable… C’est un appui privilégié pour lui et le comptable a la possibilité d’alerter le client rapidement. C’est lui qui a la primeur de l’information. Son expérience et ses compétences permettent d’accompagner le chef d’entreprise au jour le jour.

Outre les responsabilités civiles, pénales, fiscales et disciplinaires qui incombent à l’expert-comptable, ce dernier a une mission complémentaire à celle du comptable : il prend de la hauteur afin d’avoir une vision différente et plus large pour accompagner au mieux le chef d’entreprise dans sa globalité. L’expert-comptable doit prendre en compte différents paramètres pour proposer une trajectoire personnalisée à son client (juridique, social, fiscal, sphère familiale, projet d’avenir…).

Le comptable et l’expert-comptable sont complémentaires. C’est pour cela que pour renforcer cet accompagnement, Cogedis met à disposition du chef d’entreprise des hommes et des femmes spécialisés dans diverses domaines (Altéor RH, Altéor Transaction, Altéor Patrimoine…)

Quels sont les 10 principes de la comptabilité ?

  • Le principe de continuité d’exploitation

L’article L123-20 du Code commerce indique que lors de l’établissement de ses comptes annuels, l’entreprise est supposée poursuivre son activité. Elle doit respecter le principe de continuité de l’exploitation.

Si, en cas de force majeure, ce principe ne peut être respecté, les comptes annuels seront réalisés en valeur liquidative et les actifs seront dépréciés selon le marché.

  • Le principe d’indépendance des exercices

Très important en comptabilité, ce principe repose sur la périodicité de la production des comptes annuels. Produits pour chaque exercice comptable (12 mois le plus souvent sauf exception), ces comptes doivent rattacher toutes les opérations à l’exercice au cours duquel il a eu lieu.

La différence entre tous les produits acquis et toutes les charges supportées pendant l’exercice révèlera le résultat de l’entreprise.

  • Le principe des coûts historiques

Derrière ce principe comptable, il faut comprendre que les biens acquis par l’entreprise à leur date d’entrée dans l’entreprise doivent être inscrits au bilan pour leur coût d’acquisition. Les biens donnés doivent être enregistrés à une valeur estimée.

Attention, il ne faut pas tenir compte de l’actualisation de la valeur des biens acquis dans le temps. Si au contraire, la valeur du bien a baissé, l’entreprise doit comptabiliser une provision pour constater la dépréciation.

Les biens produits doivent être inscrits à leur coût de production.

Ce principe prévoit une exception : la réévaluation libre qui consiste en la réévaluation des immobilisations corporelles et financières.

  • Le principe de prudence

Tout comme le principe de continuité de l’exploitation, ce principe très important de prudence est prévu par l’article L123-20 du code de Commerce. Dans le but d’anticiper toutes les pertes probables et certaines, ce principe prévoit d’établir sa comptabilité en se basant sur les appréciations prudentes et à éviter de transférer des incertitudes. Ces incertitudes pourraient en effet grever le résultat et le patrimoine de l’entreprise.

Ce respect de ce principe consiste :

  • à ne comptabiliser un produit que s’il est réalisé
  • et à constater une charge dès lors que sa réalisation est probable ou éventuelle
  • Le principe de permanence des méthodes

Le principe de permanence des méthodes à pour objectif d’obtenir des informations comptables comparables d’un exercice à l’autre. Il consiste donc à utiliser les mêmes méthodes comptables.

Il est tout de même possible de changer de méthode comptable suite à une modification exceptionnelle intervenue dans la situation de l’entreprise ou pour utiliser une méthode préférentielle. Attention, ce changement de méthode doit être décrit et motivé par écrit dans l’annexe.

  • Le principe d’importance relative

Le principe d’importance relative impose aux entreprises de communiquer toutes les informations significatives qui pourraient influencer les décisions de leurs partenaires.

Afin de préserver la sincérité de ses comptes annuels, le chef d’entreprise a ainsi l’obligation de rendre publics les événements significatifs dont il a connaissance.

  • Le principe de non-compensation

Ce principe, qui interdit la compensation entre les éléments actifs et passifs, consiste à les évaluer séparément. Ce principe s’applique également aux produits et aux charges.

Il faut noter qu’il existe des exceptions. Les rabais, remises et ristournes doivent venir en diminution des comptes concernés à la clôture de l’exercice.

  • Le principe de bonne information

Afin d’assurer une bonne compréhension des comptes annuels, les informations mentionnées dans les documents comptables doivent être suffisantes et significatives.

  • Le principe de prééminence de la réalité sur l’apparence

Respecter ce principe de prééminence de la réalité sur l’apparence consiste à présenter des informations fiables, complètes et compréhensibles par les lecteurs des documents comptables. Le fond doit primer sur la forme.

  • Le principe d’intangibilité du bilan d’ouverture

Défini par l’article L123-19 du Code de Commerce, ce principe exige que le bilan d’ouverture d’un exercice comptable doit être égal au bilan de clôture de l’exercice comptable précédent.

Comment reconnaître un bon expert-comptable

Comment reconnaître un bon expert-comptable ?

  • A son inscription au tableau. La profession étant réglementée, un expert-comptable doit avant tout être inscrit à l’ordre des experts-comptables. Dans le cas contraire, il n’est pas autorisé à exercer.
  • A son écoute et sa disponibilité vis-à-vis du client. La clé de succès est de connaître le besoin du client et pas seulement lui proposer des services qu’on sait faire. Les échanges entre le chef d’entreprise et son expert-comptable sont primordiaux : ce sont des temps privilégiés qui permettent au chef d’entreprise de prendre du recul sur son quotidien, le côté professionnel se mêlant indéniablement à sa situation personnelle. C’est un métier bien plus humain qu’il n’y paraît.
  • A son équipement matériel et humain. Les outils et systèmes dématérialisés et innovants doivent correspondre aux besoins du client, aux spécificités de son activité. L’équipe qui entoure l’expert-comptable doit être en mesure d’accompagner le client lors des différentes étapes qui ponctuent la vie de son entreprise.
  • Aux services proposés. Pour participer à la vie de l’entreprise de son client, l’expert-comptable et son équipe doivent être en mesure de cibler le besoin mais surtout d’y répondre en proposant le service adéquat, au bon moment.

Ces différents critères sont en parfait accord avec les engagements de Cogedis auprès des chefs d’entreprise.

Quel est le coût d’un expert-comptable ?

Il ne faut pas raisonner en terme de coût mais en terme de valeur ajoutée apportée au chef d’entreprise. Par exemple, si une mission comptable valant 2000€ permet au client de gagner 10000€, la valeur ajoutée est directement financière. Mais ce n’est pas le seul levier que peut proposer l’expert-comptable. En mettant en place une organisation différente, l’expert-comptable peut aussi permettre à son client une amélioration de son équilibre vie pro/vie perso.

Quelles sont les missions d’un cabinet d’expertise-comptable ?

Le cabinet d’expertise comptable est une entreprise de prestations de services : comptabilité, fiscalité, juridique, social, ressources humaines. La loi Pacte a ouvert le champ des possibles des experts-comptables dans leurs missions. Le groupe Cogedis propose ainsi des activités très diversifiées pour satisfaire au mieux les clients : comptabilité/conseil, services aux particuliers, gestion de patrimoine, recouvrement en créances, accompagnement stratégique, formation, courtage en assurance… Les missions d’un cabinet d’expertise-comptable sont sans limite (ou presque !).

Cogedis, c'est beaucoup plus qu'un expert-comptable !

Actualités

Retrouvez ci-dessous nos dernières actualités !